Début d’automne! Saison multicolore aux parfums d’humus, de cannelle et de pomme. Fin d’automne… saison plutôt tristounette aux cinquante nuances de gris. Qu’à cela ne tienne, c’est aussi la saison des dégustations de vin dans la métropole et à Québec. Visiter un salon de vin est un excellent antidote à la déprime saisonnière et une occasion unique de faire de merveilleuses découvertes. C’est aussi un lieu de rencontre privilégié avec les vignerons, producteurs et distributeurs d’ici et d’ailleurs. Je vous présente donc les deux principaux salons qui se tiendront à Montréal à la fin octobre et au début novembre.


Le Salon des vins d’importation privée

Date : le samedi et dimanche 28-29 octobre prochains

Lieu : Marché Bonsecours, 350 rue Saint-Paul Est, Montréal, H2Y 1H2

Heures : de midi à 17 heures

Coût : 25 $ en prévente, comprend 15 $ en coupons de dégustation

Site Internet : raspipav.com 

 

Ce salon est une rare opportunité de déguster des vins d’importation privée, normalement réservés aux restaurateurs. Non seulement vous pourrez y goûter, mais également en acheter à l’unité, chose rare dans cette industrie. Ce sont surtout des producteurs de vins à petite échelle qu’on y rencontre, ce qui souvent rime avec qualité. Près de 200 vignerons artisans seront présents avec quelque 2000 flacons. Je vous suggère de vous arrêter au kiosque de l’agence Benedictus du très affable Benoit Lecavalier, une figure très branchée du monde vinicole.


La Grande Dégustation de Montréal

Date : le vendredi et samedi 3-4 novembre prochains

Lieu : Place Bonaventure, 800 rue de la Gauchetière Ouest, Montréal, H5A 1K6

Coût : 12 $

Site Internet : lagrandedegustation.com

 

Ici aussi, près de 200 vignerons vous attendent, en plus de distillateurs et brasseurs. En dégustation, du vin des quatre coins du monde, des spiritueux et de la bière. Il s’agit du plus grand rassemblement vinicole de l’est du Canada. Cette année, le champagne sera en vedette ainsi que le cépage du riesling. Je vous recommande particulièrement de vous arrêter au kiosque de l’agence Kinédoun qui représente les vins d’Arménie. Ce fut une surprenante découverte pour une collègue et moi l’année dernière. Après deux heures de dégustation (mais on ne boit pas tout, on crache beaucoup), notre palais perd de son efficacité et peut devenir un peu blasé… Cependant, j’ai savouré leur vin rouge Karas comme si c’était le premier de mon après-midi. Mon amie a adoré le Karasi du vignoble Zorah. Le secret de nombre de ces vins réside en fait dans leur élevage, qui se passe dans des amphores, comme la tradition le veut.

Bonnes découvertes et au plaisir de peut-être vous y croiser!

 

Élise Goulet,
sommelière

Save