On le répète souvent, prendre de bonnes habitudes alimentaires peut faire une différence sur votre santé et la qualité de votre retraite. Mais compter les portions, ou les grammes de protéines et de fibre dans son assiette, ce n’est pas très inspirant!

Alors, comment y arriver sans trop se casser la tête? L’alimentation intuitive serait-elle la solution?

L’alimentation intuitive, qu’est-ce que ça mange en hiver?

L’alimentation intuitive est une approche qui prône l’écoute des signaux de faim et de satiété pour contrôler sa consommation d’aliments.

Quelques principes à la base de cette approche sont :

  • manger ce qu’on aime,
  • manger lorsqu’on a faim,
  • ne plus catégoriser les aliments comme étant « bons » ou « mauvais »,
  • ne plus manger ses émotions,
  • être physiquement actif par plaisir, et non pas pour perdre du poids,
  • prendre le temps de savourer pour apprendre à ressentir et respecter sa satiété.

L’idée de mettre fin aux diètes restrictives vous plaît? À 65 ans+, manger ce dont on a envie et ne plus catégoriser les aliments comme étant « bons » ou « mauvais », est en effet plus approprié surtout lorsqu’associé à la gestion du poids.

Si l’obésité est un enjeu majeur de santé publique, la question de poids est beaucoup plus complexe qu’il n’y paraît et un poids dit « normal » n’est pas synonyme de santé.

Évidemment, manger ce dont on a envie ne veut pas dire ignorer ces aliments à valeur nutritive bénéfique à votre santé. Il faut tout de même manger certains aliments plus fréquemment que d’autres et mettre une certaine variété au menu.

Attention! Manger lorsqu’on a faim, ce n’est pas pour tous!

Avec les années, plusieurs facteurs parfois physiologiques, parfois environnementaux, viendront affecter l’appétit.

Par exemple, selon une étude américaine, 20 à 40 % des personnes âgées de 60 ans+ sont atteints d’atrophie gastrique. Une diminution du volume de l’estomac qui peut entraîner une baisse de l’appétit.

La douleur, la fatigue, une perte d’intérêt ou la peur des blessures sont autant de raisons qui mènent à la diminution d’activités physiques, autre exemple d’élément qui a une influence sur l’appétit.

Or votre corps, même moins actif, a des besoins minimums à combler et vous en remettre à votre faim peut entraîner une diminution de votre consommation en dessous de ces besoins.

Que faire lorsque l’appétit n’est pas au rendez-vous?

Comme le dirait un Gaulois, pas gros, juste bien enrobé, « Quand l’appétit va, tout va! »

Il est toujours une bonne idée de consulter pour s’assurer qu’aucune maladie ne serait en cause d’une baisse d’appétit. Avant de modifier votre alimentation, renseignez-vous auprès de source fiable pour vous assurer que ces changements sont adaptés à votre situation.

Voici quelques suggestions provenant de quelques-unes de ces sources afin de remédier au manque d’appétit et prévenir la dénutrition :

  1. Mangez plusieurs petits repas et collations.
  2. Choisir des aliments riches en énergie et en protéines.
  3. Enrichissez vos aliments en énergie et en protéine. Exemple : tartinez votre pain de beurre d’arachide, ajoutez des graines de tournesol à votre salade ou du tofu à votre smoothie.
  4. Rehausser la saveur des mets de vos épices et fines herbes préférées.
  5. Évitez de boire en mangeant ou juste avant un repas.
  6. La soupe en début de repas peut couper l’appétit. Consommez-la plutôt après le repas, si vous avez encore faim. Ou préparez une de ces soupes de type repas complet.
  7. Bien mastiquer.
  8. Mangez lentement.
  9. Manger en bonne compagnie.
  10. Pratiquer l’activité physique.

 

Et vous? Comment va votre appétit? Quels obstacles rencontrez-vous au moment de préparer vos repas?

 

Répondez dans les commentaires ci-dessous ou écrivez-nous à info@pasdegiblotte.com.

 

Vous connaissez un retraité qui pourrait tirer profit de cette information? Partagez cet article sur Facebook ou par courriel!

 

Au plaisir de vous lire!

Evelyn & Gilles

   Evelyn & Gilles

 

 

 

Références


Maude Lagacé, Des obèses en santé : Vraiment ?, Extenso, blogue Actualités, 2016

Amélie Baillargeon, L’alimentation peut-elle être intuitive? Extenso, blogue Le mangeur, 2016 (article archivé)

Extenso, Les particularités des 50 ans et plus, 2012

Extenso, Atrophie gastrique et vieillissement, 2012

Cora Loomis, diététiste‐nutritionniste, L’alimentation intuitive, Université de Sherbrooke

Olivier Robichaud, Quand l’appétit va, tout va… à 80 ans!, La Tribune, 2011

Amyot, É Dt.P. Ouellet D, Dt.P., M.B.A., Ph.D. Alimentation et personnes âgées, École de nutrition, Université Laval, 2017

Goscinny R., Uderzo A., Astérix et Cléopatre, Quand l’appétit va tout va!, 1968